Ornella Cencig

Echevine du Commerce, des Affaires économiques et de l’Urbanisme

Que va apporter ce Schéma de structure à la ville de Charleroi ?

Nous devons composer avec un territoire de plus de 100 km2 qui propose une grande variété d’habitats. Il y a des zones plus densément peuplées, des zones d’industrie, des centres villes, des quartiers plus résidentiels… Nous devons aussi faire cohabiter le plus harmonieusement possible différentes affectations : le logement, bien sûr, mais aussi le commerce, l’industrie, les services… C’est un véritable défi. Se doter d’un schéma de structure, c’est se donner les moyens de s’imposer comme la première métropole de Wallonie, avec une vraie vision globale de développement.

Le schéma de structure porte un grand intérêt au centre de Charleroi. Quelles seront ses interactions avec les grands projets actuellement en chantier comme Phoenix ou Rive Gauche ?

En 2006, la nouvelle majorité est partie d’un constat : nous avons un centre-ville de qualité, mais l’offre commerciale n’est pas suffisante. Il faut l’accroître d’environ 30% afin de s’imposer comme un pôle attractif fort. Il nous fallait donc trouver des locomotives et renforcer les commerces de qualité, afin de renforcer l’attractivité du centre ville. C’est ce qui nous a poussé à choisir le projet Rive Gauche parmi d’autres. Ensuite, nous avons profité de fonds européens pour travailler sur l’aménagement des voiries et pour rendre ce centre plus attractif. Dans ce cadre, le schéma de structure va venir renforcer cette vision, en apportant notamment une attention particulière au logement. En 35 ans, nous avons perdu 20.000 habitants dans l’intra-ring de Charleroi. Le développement harmonieux du centre de Charleroi passera par plus de commerces, mais aussi plus de logements, plus de travailleurs et un secteur tertiaire plus développé. Le tout bien entendu, placé sous le signe de la qualité.

Qu’est ce qui permettra à Charleroi de devenir le pôle commercial régional fort préconisé par le schéma de structure ?

Parallèlement au schéma de structure, nous avons mis en place un observatoire du commerce sur l’ensemble de l’entité. Car bien sûr, Charleroi ne se limite pas au centre ville : ce sont 15 anciennes communes et 55 quartiers avec chacun leur spécificité commerciale. City Nord, Ville 2, les retails de la route de la Basse-Sambre, les centre locaux comme Gilly ou Mont-sur-Marchienne, la chaussée de Bruxelles rénovée… sont autant d’éléments qui participeront demain à l’attractivité de Charleroi en tant qu’entité. Le pari est de les connecter et de les faire vivre ensemble. Nous allons également développer la notion d’entrée de ville, comme avec le site du Moulin à Couillet. Notre zone de Chalandise représente selon les études environ 600.000 personnes. Avec une offre qui va du petit commerce de proximité au grand retail, je pense qu’il y a de la place pour tout le monde et que les clients doivent trouver leur bonheur chez nous.